La Chine prend possession du consulat américain à Chengdu

La Chine a « pris possession » lundi du consulat des États-Unis à Chengdu, trois jours après l’annonce de sa fermeture par Pékin, selon le ministère chinois des Affaires étrangères.

Le gouvernement chinois avait ordonné vendredi la fermeture de cette représentation diplomatique en représailles à une mesure similaire prise à l’encontre du consulat de Chine à Houston par les États-Unis, dans un contexte d’accusations d’espionnage mutuelles au goût de guerre froide.

Des fonctionnaires chinois ont pénétré lundi dans l’enceinte de l’édifice, peu après le départ des derniers employés de Washington.

Le drapeau américain a été abaissé au consulat lundi matin, selon des images diffusées par la télévision chinoise.

Ce matin à 6h18, le consulat des États-Unis à Chengdu a abaissé le drapeau américain, a annoncé la chaîne publique CCTV, montrant l’image de la bannière étoilée descendre lentement le long de son mât à l’intérieur du complexe diplomatique.

Les États-Unis ont confirmé la fermeture du consulat dans une vidéo publiée sur le compte Twitter de l’ambassade des États-Unis en Chine.

Le consulat des États-Unis à Chengdu a été fier de favoriser depuis 1985 la connaissance réciproque des Américains et des habitants (des provinces) du Sichuan, de Chongqing, de Guizhou, du Yunnan et du Tibet. Vous nous manquerez éternellement.

À la veille de sa fermeture, le consulat était dimanche une attraction pour les habitants de la métropole du sud-ouest de la Chine. Sous un ciel bleu et une chaleur étouffante, un flot ininterrompu de curieux est venu se faire photographier devant le bâtiment.

Une certaine tension était palpable au sein des forces de sécurité, qui ne toléraient aucun geste provocateur ou signe de joie trop manifeste face au départ des Américains. Un jeune homme qui hurlait Je suis Chinois! Allez la Chine! a ainsi été évacué des lieux par deux policiers.

Pékin n’avait pas précisé vendredi dans quel délai la mission américaine devrait fermer ses portes. Les États-Unis avaient donné trois jours aux Chinois pour évacuer leur consulat à Houston.

Depuis vendredi, les journalistes ont pu voir des employés du consulat de Chengdu sortir des sacs poubelles et un autocar quitter les lieux, tous rideaux fermés, pour une destination inconnue.

Une « plaque tournante de l’espionnage »

À Houston, des agents américains sont finalement entrés dans le bâtiment vendredi après avoir ouvert la porte à l’aide d’outils.

Pékin a protesté contre cette intrusion.

Ce bâtiment est une propriété nationale de la Chine, a souligné samedi dans un communiqué le ministère chinois des Affaires étrangères, se référant au droit international.

Elle apportera une réponse appropriée et nécessaire à ce sujet, a averti Pékin.

Dans un contexte de tension diplomatique accrue autour du coronavirus et de Hong Kong, Washington a justifié sa décision en affirmant que le consulat de Chine à Houston était une plaque tournante de l’espionnage et du vol de propriété intellectuelle.

Certains employés du consulat des États-Unis à Chengdu se sont livrés à des activités sortant de leurs attributions, ils se sont ingérés dans les affaires intérieures de la Chine et ont mis en danger la sécurité et les intérêts chinois, a accusé de son côté la diplomatie chinoise.

Outre leur ambassade à Pékin, les États-Unis comptent désormais quatre consulats en Chine continentale ainsi qu’un à Hong Kong, territoire autonome secoué l’an dernier par des manifestations monstres contre le pouvoir central.

Pékin avait alors vu la main de Washington derrière ces troubles.

Des nationalistes chinois ont réclamé la semaine dernière la fermeture du consulat des États-Unis à Hong Kong.

(ici.radio-canada)

Hits: 26

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*