La Somalie ferme une prison notoire au milieu d’allégations d’abus

Mogadiscio – La Somalie a fermé une prison où le gouvernement détient des suspects et des journalistes extrémistes au milieu d’allégations de sévices infligés à des détenus, a annoncé dimanche le ministre de la Sécurité.

Ahmed Abukar a déclaré que la prison de Godka Jilaow, qui abritait des centaines de prisonniers, y compris des combattants présumés d’Al-Shabaab, serait transformée en une école technique. Les prisonniers seraient transférés ailleurs, a-t-il dit.

La prison, qui était gérée par les services de renseignement somaliens, a été fermée dans le cadre des efforts visant à améliorer le bilan du pays en matière de droits de l’homme, a-t-il déclaré.

Selon de nombreuses associations de défense des droits de l’homme, de nombreuses personnes auraient été torturées dans des cellules étroites. La prison a été utilisée par le dictateur Siad Barre pour emprisonner ses critiques avant sa destitution en 1991.

De nombreux suspects sont détenus dans la prison depuis des années sans inculpation, tandis que d’autres ont fait l’objet de procès militaires, selon des défenseurs des droits de l’homme.

Les tribunaux militaires somaliens continuent de juger un large éventail d’affaires, y compris des infractions liées au terrorisme, dans des procédures très en deçà des normes internationales en matière d’équité des procès, selon Human Rights Watch, basé à New York.

Au moins 23 personnes ont été exécutées en 2017 à la suite de condamnations par un tribunal militaire, la majorité d’entre elles portant sur des accusations liées au terrorisme, a précisé le groupe.

Vues : 13

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*