La violence ethnique en Ethiopie tue et blesse plus de 81 civils

Moyaleh, 16 décembre (hornnews24) – Au moins 25 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées lors de nouveaux combats entre groupes ethniques dans le sud de l’Ethiopie.

Parmi les morts se trouvent des enfants, des femmes et des personnes âgées. La violence a éclaté près de la ville de Moyale, à la frontière avec le Kenya. Les Garre, tous les groupes ethniques oromis et somaliens, affirment que la région leur appartient.

L’année dernière, les combats entre membres des deux groupes ethniques ont provoqué le déplacement de plus d’un million de personnes. Bien que le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed ait reçu des éloges de la part de la communauté internationale pour son programme réformiste, il n’a pas pu enrayer la violence ethnique dans le pays, qui a coûté la vie à des centaines de civils.

Au début de cette année, au moins 5 000 Éthiopiens ont été forcés de chercher refuge au Kenya après que plusieurs civils aient été tués dans ce que l’armée éthiopienne a qualifié d’opération bâclée visant les rebelles dans le sud du pays. La tribu du premier ministre Abiy, Oromo, orchestrerait la violence et les combats.

“Des personnes ont été tuées, des locaux commerciaux bombardés et incendiés et des maisons incendiées lors de la bagarre entre les combattants Oromo et Somaliens”, a déclaré Wario Sora, défenseur des droits humains au Moya du côté kényan.

Vues : 5

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*