L’armée soudanaise encercle la résidence du président Omar el-Béchir

Tandis que des blindés encerclent le QG de l’armée et la résidence d’Omar el-Béchir, un raid militaire a ciblé des locaux du parti gouvernemental. La télévision d’État a annoncé l’imminence d’une “importante déclaration”.

Tôt dans la matinée, jeudi 11 avril, plusieurs véhicules et blindés militaires ont encerclé le complexe qui abrite, à Khartoum, le QG de l’armée, la résidence officielle d’Omar el-Béchir et le ministère de la Défense. Un raid militaire a ensuite ciblé des locaux abritant des proches du gouvernement – un groupe lié au Parti du Congrès National (NCP) du président Omar el-Béchir. Selon des informations collectées par Bastien Renouil, journaliste France 24 à Nairobi, des hauts-cadres de l’armée soudanaise se sont réunis sans Omar el-Béchir, jeudi matin.

Dans les rues de Khartoum, la population s’est massée devant le quartier général militaire, où la protestation s’est organisée depuis cinq jours pour réclamer la démission du président el-Béchir. La foule scande : “Il est tombé, nous avons gagné !” et “liberté !”, sans attendre la “déclaration importante” promise par l’armée à la télévision officielle, qui a interrompu ses programmes depuis le matin pour diffuser en boucle des chants patriotiques et militaires. “Importante annonce des forces armées sous peu”, peut-on lire sur un bandeau figé en bas de l’écran.

Les meneurs de la contestation demandent à ne pas attaquer les biens publics ou privés. “Nous appelons notre peuple à se contrôler et à ne pas attaquer quiconque ou les biens gouvernementaux et privés”, a déclaré dans un communiqué l’Alliance pour la liberté et le changement. “Quiconque fera ça sera puni par la loi. Notre révolution est pacifique, pacifique, pacifique”, a-t-elle ajouté.

Un médecin fait état de nombreux blessés par armes à feu, tôt jeudi, mais selon le correspondant de France 24, la situation sur le terrain “est calme en ce moment”. Bastien Renouil rapporte également la présence de snipers de l’armée sur les toits autour d’un QG où sont postés de nombreux manifestants. Ils craignent une attaque des milices pro-Béchir, précise-t-il.

Avec AFP et Reuters

Vues : 17

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*