Le sommet de Hanoï entre Donald Trump et Kim Jong-un se termine sans « aucun accord »

Ils n’ont pas réussi à s’entendre sur la dénucléarisation de la Corée du Nord, malgré une réunion décrite comme « constructive ».

« Aucun accord n’a été conclu à ce stade. » Le sommet de Hanoï, au Vietnam, se clôt jeudi 28 février sans aucun accord entre Donald Trump et Kim Jong-un sur l’épineux sujet de la dénucléarisation de la péninsule nord-coréenne.

En conférence de presse, M. Trump a expliqué que les discussions avaient achoppé sur la question de la levée des sanctions, que Kim Jong-un voulait voir toutes levées. Le programme militaire nord-coréen a en effet entraîné les sanctions bilatérales et internationales les plus sévères qu’a connues le pays et Pyongyang a fait de leur levée une priorité. Les Nord-Coréens « étaient disposés à procéder à une dénucléarisation (…) mais nous ne pouvions pas renoncer à toutes les sanctions », a précisé le président américain.

En revanche, M. Trump a assuré que Pyongyang ne reprendra pas les essais nucléaires.

« Il faut parfois quitter les négociations (…), ce n’était qu’une de ces occasions », a encore déclaré M. Trump après la fin soudaine de la rencontre – les discussions se sont terminées plus tôt que prévu et M. Trump a avancé de deux heures sa conférence de presse. Le dirigeant américain a assuré que la fin du sommet avait été « amicale » et qu’il avait de « très bonnes relations » avec son homologue nord-coréen. Aucun nouveau sommet n’est prévu pour l’heure, a toutefois spécifié le président américain.

Rencontre « constructive »

Les équipes des dirigeants Donald Trump et Kim Jung-un « sont impatientes de se rencontrer de nouveau à l’avenir », avait précédemment écrit la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, dans un communiqué. Au cours de leur rencontre « constructive », « les deux dirigeants ont évoqué divers moyens de faire avancer la dénucléarisation et des concepts axés sur l’économie ».

Donald Trump a assuré qu’il n’était « pas pressé » et privilégiait le fait d’arriver à « un bon accord » sur le nucléaire nord-coréen. Kim Jong-un a déclaré de son côté qu’il ne serait pas venu à Hanoï pour un sommet avec Donald Trump s’il n’était pas prêt à la dénucléarisation. Mais les deux parties divergent sur le sens même du terme. Interrogé sur d’éventuelles mesures concrètes, le dirigeant nord-coréen était resté vague jeudi : « C’est ce que nous sommes en train de discuter. »

Le premier sommet entre les deux hommes, à Singapour, le 12 juin 2018, s’était déjà terminé par une simple déclaration commune restée vague.

Vues : 6

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*