L’Europe exhorte Mike Pompeo et les Etats-Unis à faire preuve de retenue envers l’Iran

Les dirigeants européens ont exhorté le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo à faire preuve de la plus grande retenue à l’égard de l’Iran après que l’Arabie saoudite ait confirmé que deux de ses navires avaient été mystérieusement sabotés dimanche dans les eaux d’Oman par un assaillant non identifié.

Federica Mogherini, responsable des affaires étrangères de l’UE, a averti Pompeo lors d’une réunion organisée à la hâte à Bruxelles: “Nous vivons dans des moments cruciaux et délicats où l’attitude la plus responsable à adopter et à adopter est la retenue maximale et l’évitement de toute escalade du côté militaire.”

Carte du golfe d’Oman où deux pétroliers saoudiens ont été sabotés

Les tensions montent en flèche depuis des semaines alors que les États-Unis adoptent une politique de pression maximale sur l’Iran, notamment la levée de toutes les dérogations pour les exportations de pétrole iranien et le blocage de la coopération sur le programme nucléaire civil iranien. Il a également envoyé un porte-avions dans la région, mais le représentant spécial américain sur l’Iran, Brian Hook, a refusé de préciser hier soir si l’Iran était responsable de l’attaque contre les navires pétroliers saoudiens.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a mis en garde contre un conflit qui éclaterait par accident dans le Golfe et a appelé au calme.

Mais l’Iran, frustré par l’incapacité de l’UE à protéger l’économie iranienne, a réagi mercredi aux pressions américaines cumulées en se préparant à prendre ses distances par rapport à l’accord nucléaire signé avec l’UE, les Etats-Unis, la Chine et la Russie.

Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord il y a un an, affirmant qu’il était unilatéral et qu’il mettrait l’Iran sur la voie de devenir un État doté de l’arme nucléaire.

Appelant à une retenue maximale, en tant que contrepoint explicite à l’appel lancé par les États-Unis, Mogherini lors d’une conférence de presse à Bruxelles à la suite d’une réunion avec les ministres des Affaires étrangères de l’UE n’a dissimulé ses différences avec les États-Unis, rappelant que l’AIEA était le garde-fou de l’énergie seul organe capable de déclarer si l’Iran était en violation de l’accord.

Mogherini a refusé d’engager l’Europe à prélever jusqu’à 1,5 million de barils de pétrole iranien par jour, mais a insisté sur le fait que l’UE était déterminée à “utiliser tous ses instruments pour mettre en œuvre l’accord nucléaire”. Elle espérait que les premières transactions se dérouleraient dans les prochaines semaines dans le cadre de l’Instrument à l’appui des échanges et des échanges (Instex), un système complexe conçu pour faciliter les échanges commerciaux avec l’Iran sans recourir aux banques. Le système est considéré par Téhéran comme un test décisif de la volonté européenne de relancer l’économie iranienne.

Les assistants de Pompeo ont déclaré que le secrétaire d’Etat avait annoncé à Bruxelles que l’Iran cherchait à perturber les avoirs américains au Moyen-Orient.

Les Emirats arabes unis ont annoncé dimanche que quatre navires de commerce avaient été sabotés près de l’émirat de Fujairah, en dehors du détroit d’Hormuz. Les Emirats arabes unis n’ont donné aucune information sur la nationalité des navires ni sur d’autres détails concernant la propriété du navire, mais Riyadh a identifié deux d’entre eux comme étant saoudiens, et une société norvégienne a déclaré qu’elle en possédait une autre. Le quatrième navire serait le A Michel, un tanker de stockage battant pavillon à Sharjah, l’un des sept émirats des Émirats arabes unis.

Aucun pays n’a pris la responsabilité des actes de sabotage allégués. L’Iran a appelé à une enquête sur l’incident et a évoqué le «aventurisme» des acteurs étrangers pour perturber la sécurité maritime.

Le ministre saoudien de l’Énergie, Khalid al-Falih, a déclaré que l’incident impliquant les deux navires saoudiens s’est produit dimanche à 6 heures. Riyad n’a pas encore produit de preuve photographique de dommages.

Thome Ship Management a déclaré que son navire-citerne de produits pétroliers immatriculé en Norvège, le MT Andrew Victory, avait été “frappé par un objet inconnu”. Des images visionnées par Reuters montraient un trou dans la coque à la ligne de flottaison avec le métal déchiré en deux.

La cause des dégâts et le type d’arme utilisé restent un mystère. Si la cause en était un dispositif dans l’eau, la seule utilisation rapportée et comparable de ces dispositifs dans la région a été récemment le déploiement par les rebelles houthis de mines navales, dont plusieurs dizaines ont été déployées dans le conflit au Yémen, dont au moins un appareil improvisé.

Les Houthis ont également ciblé les installations pétrolières saoudiennes avec des missiles dans le passé, y compris quatre missiles lancés contre les installations Saudi Aramco sur la mer Rouge l’année dernière.

Une source du gouvernement saoudien a déclaré: “Cet acte criminel constitue une menace sérieuse pour la sécurité et la sûreté de la navigation maritime et a un impact négatif sur la paix et la sécurité régionales et internationales.”

Falih a déclaré qu’un des deux navires saoudiens était sur le point d’être chargé de pétrole brut saoudien depuis le port de Ras Tanura et devait être livré aux clients de Saudi Aramco aux États-Unis. «Heureusement, l’attaque n’a pas fait de victimes ni de marée noire; cependant, cela a causé des dommages importants aux structures des deux navires », a-t-il ajouté.

Des sources de l’industrie du transport maritime ont identifié les navires saoudiens comme étant le grand pétrolier Amjad et le pétrolier Al Marzoqah, appartenant à Bahri, le transporteur maritime saoudien, qui n’a pas encore commenté.

Le port de Fujaïrah est le seul terminal émirati situé sur la côte de la mer d’Arabie, contournant le détroit d’Hormuz, par lequel transitent la plupart des exportations de pétrole du Golfe. Presque toutes les exportations de pétrole de l’Arabie saoudite, de l’Iraq, des Émirats arabes unis, du Koweït, du Qatar et de l’Iran lui-même – au moins 15 millions de barils par jour – sont acheminées par le détroit. Le plus grand centre de stockage de pétrole brut au monde est également en construction à Fujairah.

L’Iran a menacé à plusieurs reprises de fermer le détroit dans le cas d’un affrontement militaire avec les États-Unis.

Lafiva

Vues : 15

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*